Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Vendredi l 28-07-2017
La communication chimique chez les coléoptères

La chrysomèle de l'oseille est un insecte aux goûts alimentaires bien spécifiques : elle déguste essentiellement les plantes du genre Rumex auquel appartient l'oseille. "C'est un avantage pour l'insecte car la plante est peu mangée par d'autres herbivores. Cependant, comme le Rumex forme des agrégats et que les chrysomèles volent vraisemblablement assez peu et mal, cela peut mener à des populations consanguines", explique Jean-Christophe de Biseau, chercheur à l'unité d'Evolution Biologique et Ecologie (Faculté des Sciences), et directeur de plusieurs thèses sur le sujet.

Pour tester cette hypothèse, des chrysomèles de l'oseille ont été récoltées dans les Ardennes et seront soumises à une analyse génétique. Des populations sont également élevées en laboratoire pour analyser les mécanismes chimiques qui permettent à ces insectes de se reconnaître - notamment grâce à des phéromones présentes sur leurs cuticules - et, éventuellement, d'éviter de s'accoupler entre proches parents. "Nous aimerions également savoir si cette consanguinité a de réels impacts négatifs sur les chrysomèles", précise le chercheur, qui s'intéresse de façon plus large aux conséquences évolutives de la spécialisation alimentaire, notamment la formation possible de nouvelles espèces.

Retrouvez Christophe de Biseau au Scientist's Corner durant l'exposition photo du Jardin Massart sur le thème des relations plantes-insectes.

Nos dernières publications:

Furfari Samuele
Gratia Jean-Pierre
Nelis Jan
Sägesse Caroliner
Schreiber Jean-Philippe
Dermine Elise
Bedock Camille
Paternotte David
Petra Meier
Hasquin Hervé
Genard Jean-Louis
le Maire Judith
Amy Jean-Jacques

Clin d'oeil